La rue des Bains va de la rue Sainte-Catherine à la rue Sainte-Catherine

20110116_P1080790

Pour moi, elle est l’une des plus étranges rues de la ville.

Courte, silencieuse et sinueuse, elle se faufile à l’ombre des murs de pierre recouverts de lierre et semble être naturellement interdite à la circulation automobile. Les murs qui la longent protègent des jardins intérieurs notamment celui qui se trouve au fond de l’impasse Jean-Pierre Gras (rue Sainte-Catherine). Elle part de la rue Sainte-Catherine pour y revenir un peu plus loin, après avoir rencontré la rue Saluces. En été, elle est remplie de fraicheur. En hiver, elle est à l'abri du mistral. Le soir ou la nuit, elle doit être inquiétante.

En 1398, c’était la Carriera des Aiguiers ou Carriera Aqueriorum. Jean de Levergue, évêque de Lodève y possédait un palais.C’est en 1843 que ce nom de rue des Bains lui a été donné ; elle n’avait à cette époque aucune appellation. Un établissement thermal, dont quelques voûtes restent visibles sur une façade, existait encore il y a quelques dizaines d’années dans cette rue.