La petite rue Bellaud de la Bellaudière va de la rue Guillaume Puy jusqu'à la rue Honoré d'Urfe.

Louis Bellaud de la Bellaudière
 est né à Grasse en 1532 et mort en 1588 ; c’est lui qui donna au provençal un nouvel élan poétique. Il a été précurseur des félibres mais ses tentatives pour mettre la langue provençale à l’honneur ont échoué. Pourtant, c’est grâce à ses écrits et à ceux de ses disciples Pierre Paul et Robert Ruffi, qu’on a parlé de renaissance provençale à la cour de Henri d’Angoulème à Aix-en-Provence. Leurs œuvres ont inauguré les thèmes de la « provençalité littéraire : célébration lumineuse du pays dans une poésie sensuelle teintée d’ironie ». Bellaud de la Bellaudière fut, entre autres, l’auteur d'Obros et Rinos, du Dondon Infernau (la cloche infernale) et du Passatens (passe-temps). Souvent prisonnier pendant les guerres de religion, il dénoncera dans ses œuvres l'arbitraire et la dure vie des prisons. 
Bellaud de la Bellaudière fit partie de ces personnages pittoresques qui marquèrent leur époque.