La rue des Ciseaux-d'Or va de la place Saint-Pierre à la rue de la Peyrolerie.

La première fois que j'ai lu le nom de cette rue sur la plaque, ce mot m'a renvoyé aux contes pour enfants: je pensais qu'ici autrefois, devait se trouver un atelier où des ciseaux d'or coupaient des tissus destinés à être des vêtements de reines, de princesses ou de fées. Et puis, j'ai eu l'explication.

Au XVe siècle, elle était la rue de Cabassole, ce nom venant d'une illustre famille dont plusieurs membres eurent des affectations et des titres prestigieux. Plus tard, elle emprunta le nom d’une enseigne d’hôtel qui était exploitée par Antoine Pique Sethe: Hostellerie des Ciseaux d'Or. Ce mot de "Ciseaux d’Or" venait sûrement du fait que le Marché au Fil se tenait dans la rue de la Peyrolerie voisine. Dans la rue des Ciseaux d'Or se trouvait la livrée de Hugues de Saint-Martial, qu’Innocent VI avait nommé Cardinal en 1364.
Au XIXe siècle, la rue des Ciseaux d’Or traversait la rue de la Peyrollerie, continuait dans la rue de Taulignan et aboutissait à la rue de la Banasterie où l'on voyait encore la trace gravée sur le mur au-dessus du panneau indiquant la rue de Taulignan côté Banasterie. Cette trace a disparu suite à un ravalement de façade. Il reste une photo.

20090617_Taulignan



Comme de nombreuses autres rues autour du Rocher, la rue des Ciseaux d’Or attirait les clients pour ces maisons où se rassemblaient les péripatéticiennes bien avant Marthe Richard.

Des vestiges de caves ont été découverts et sont enfouis à 3 mètres au-dessous du sol de cette rue.